Covid et immobilier : de nouvelles perspectives pour l’immobilier en France selon Orpi

La crise sanitaire a modifié la structure du marché immobilier français et ces évolutions récentes laissent entrevoir de nouvelles perspectives.  Les villes moyennes tirent leur épingle du jeu face aux très grandes agglomérations qui ralentissent légèrement, connaissant pour certaines un rééquilibrage sain des prix. Comment expliquer ces phénomènes et que peut-on attendre de la période à venir ? Orpi, 1er réseau d’agences immobilières en France avec 1300 points de vente, nous éclaire grâce à son expertise terrain au plus proche de ces dynamiques nouvelles.

Covid et immobilier : de nouvelles perspectives pour l’immobilier en France selon Orpi
Covid et immobilier : de nouvelles perspectives pour l’immobilier en France selon Orpi

Sommaire

  1. La bi-résidence : vers un déplacement des résidences principales en périphérie parisienne et en province
  2. Faut-il attendre pour vendre son bien dans les grandes villes ?

La bi-résidence : vers un déplacement des résidences principales en périphérie parisienne et en province

Le premier enseignement de la crise sanitaire sur le marché immobilier est le développement d’un phénomène nouveau : celui de la bi-résidence, qui impacte positivement les villes moyennes et les villes côtières. Avec la généralisation du télétravail, les CSP+ tendent à quitter les grandes agglomérations pour une résidence secondaire, notamment en Picardie, en Normandie, en Bretagne et sur la côte Atlantique, en rachetant un petit pied à terre en ville et une maison, parfois aux prestations haut de gamme, en Province ou en périphérie.

Un marché dynamique pour la petite couronne et le Grand Paris

A Paris, cela se traduit par un boom des ventes des petites surfaces et par une forte augmentation des prix de certaines villes périphériques, qui restent malgré tout beaucoup plus accessibles (3900€ du m² en moyenne), et offrent donc un gain réel en termes de surface et de qualité de vie : Champigny-sur-Marne a ainsi vu son prix au mètre carré augmenter de 7 % en 2020 après avoir connu la même augmentation en 2019, Antony 6 %, selon Orpi. Ces villes attirent également les primo-accédants qui se détournent de la location, ce qui entraîne une forte tension du marché.

Le boom des villes moyennes

En province, l’indicateur Orpi permet de souligner la forte attractivité de certaines villes moyennes en 2020 qui se poursuit en 2021 comme  en témoignent les chiffres ci-dessous.

Mais c’est sur la côte bretonne, dans les Landes et vers le bassin d’Arcachon que le phénomène est le plus marqué, avec aujourd’hui une pénurie de biens de luxe dans ces zones prisées.

On peut donc considérer que ce phénomène de vente / achat déporte le marché de la résidence principale vers les résidences secondaires en modifiant le rôle des grandes métropoles, qui deviennent aujourd’hui des villes de transit, quand les villes moyennes et les stations balnéaires  voient leurs habitants à l’année s’étoffer chaque jour.  Cette tendance est en outre renforcée par un autre phénomène récent, celui de l’achat d’une résidence secondaire par des français locataires de leur résidence principale, plus jeunes, qui considèrent la valeur refuge de l’immobilier.

Faut-il attendre pour vendre son bien dans les grandes villes ?

Cette nouvelle dynamique des villes moyennes n’implique pas pour autant de phénomène d’exode urbain, nous assure Orpi, puisque les grandes agglomérations, si elles connaissent un ralentissement de leur croissance, maintiennent une évolution positive ou stable :+5% en 2020 contre +10% en 2019 à Lyon, et+5% en 2020, comme en 2019 pour Lille. La tendance à l’attentisme de la part des vendeurs repose donc davantage sur des effets psychologiques car la demande reste forte et les acquéreurs bien présents. En résulte un déséquilibre entre l’offre et la demande, qui entraîne un manque de stock sur certains secteurs, comme Bordeaux ou Nantes. Mais si la demande se maintient à des niveaux hauts (+25% en volume de vente pour Bordeaux au premier trimestre 2021), elle est plus exigeante : l’espace, une pièce en plus et un extérieur sont notamment les critères qui intéressent les acheteurs. Le marché des maisons est également très porteur au vu du contexte.

Selon Orpi, les vendeurs devraient donc au contraire bénéficier de ces transferts de vente / achat et ne pas avoir peur du marché qui leur est favorable. Les agences du réseau accompagnent d’ailleurs leurs clients grâce à leur double expertise locale et nationale qui leur permet de capter des acheteurs impliqués dans des projets inter-régions, en leur proposant un mandat unique.

Au-delà d’une tendance conjoncturelle, on peut penser que ces nouvelles dynamiques sous-tendent l’idée de cycles de vie immobiliers plus courts qui se calquent sur les cycles de l’emploi.  Dans cette hypothèse, les acheteurs seraient plus enclins à acheter dans une projection à court et moyen termes, avec des achats plus fréquents, en adéquation avec le moment de vie et moins orientés sur le long terme. Une nouvelle dynamique que suit Orpi de près pour accompagner ses clients et s’adapter aux nouveaux enjeux du marché.

Article rédigé par le Figaro : ici

Contactez nous

Envie de discuter de votre projet immobilier ?

Benedetti expertise est une société indépendante en expertise immobilière agrée CEIF sur Ajaccio.